LIGNE ÉDITORIALE : Le Projet Sifriaténou/Notre bibliothèque

 

ImpressionLe Projet Sifriaténou/Notre bibliothèque est simple : permettre à qui s’en donne la peine de découvrir quelques-uns des livres essentiels pour comprendre l’existence juive : des « livres juifs ». 

 

SIFRIATÉNOU/ספרייתנו 
Livres juifs : à lire ou à relire

Clarification

Pour commencer, il nous faut reconnaître que l’expression «livre juif»  semble une expression mal formée et ambiguë. Une opération de clarification est indispensable. Faut-il entendre par là :  
1/ un livre dont on sait ou qu’on suppose avoir été écrit par un Juif?
2/ un livre à thème juif? 
3/ un livre destiné aux Juifs?

La première acception, irrecevable en raison de son extrême limitation et de son impropriété évidente, n’a qu’un intérêt classificatoire anecdotique ou, pire, procéder d’un esprit d’inquisition.
La seconde a l’inconvénient d’être assez vague et incertaine et, par là, pauvre de sens. Car la culture juive s’est emparée de la plupart des questions posées à l’humanité et l’on serait bien en peine de dire en quoi, par exemple, l’exil, la persécution, l’humour, la foi, etc. seraient des thèmes qui recevraient un traitement spécifiquement juif. 
Le troisième sens contredit à l’essence même d’un livre qui est de signifier pour tout lecteur et de s’adresser à chacun ; sans quoi, il ne serait pas  voué à sortir de la sphère privée ou du cercle auquel il se destine. Il ne vaudrait pas d’être rendu public, d’accéder à la dignité du livre. 
D’aucuns pourraient prétendre que la Torah serait le seul livre juif. Mais la Torah est-elle bien, dans une acception moderne, un livre? C’est un ensemble de textes certes ;  à quoi s’ajoute la production de ses commentateurs (assez nombreux pour occuper plusieurs vies et remplir d’innombrables rayonnages) qui s’étale continûment suivant la chaîne d’une tradition bimillénaire. Mais c’est d’abord une parole à écouter, à cantiler, à méditer, à scruter, à interpréter, à discuter. On ne peut la lire sans en même temps l’étudier. Elle vaut autant par ses silences que par ce qu’elle dit,  et davantage par son dire que par son dit. Et c’est à chaque Juif instruit, et, par procuration à des maîtres, à des autorités rabbiniques, qu’il revient de transmettre cette parole révélée à Moïse. 
En outre (faut-il le rappeler?) la Torah n’est pas, à rigoureusement parler, un livre juif ; c’est une parole adressée à l’humanité tout entière et la vocation d’Israël est de l’avoir acceptée comme Loi au pied du Mont Sinaï (de plus ou moins bon gré – voir Talmud de Babylone, Traité Chabbat 88a.

L’oubli de la tradition juive

Les livres juifs, telle que nous l’entendons en une quatrième acception, ont une autre vocation et une autre nécessité. Ils naissent sinon par contingence, du moins à la faveur d’un moment historique bien spécifique : le moment où le peuple juif s’est dissocié de la Torah, où, après avoir été exilé de sa terre, il a vécu à l’heure des nations. 
En effet, dans sa grande majorité, le Juif moderne, en Europe, sécularisé généralement de son plein gré et dans une libre aspiration à la culture commune, s’est arraché à cette culture ancestrale, essentiellement transmise par des enseignements oraux. Il est sorti des cercles communautaires où son existence diasporique jusqu’alors se déployait et se structurait. Il s’est coupé, depuis la fin du XVIIIème siècle, des sources juives qu’il a fini par méconnaître, ignorer, voire mépriser. La destruction massive des communautés juives d’Europe puis le déracinement des Juifs orientaux ont, de manière tragique, accentué et précipité ce mouvement d’oubli et de déshérence. Et malgré la renaissance de l’État d’Israël, nombreux dans le monde sont les Juifs qui ne maîtrisent pas la langue hébraïque et ne se font qu’une idée vague et simpliste de leur tradition. La Torah a été, en grande partie, oubliée. Elle a cessé d’être l’élément où évolue et s’épanouit la vie du peuple juif.

La traduction, la transmission

Cependant, depuis le début du XXème siècle, nombre de penseurs, de savants (Hermann Cohen, Martin Buber, Franz Rosenzweig, Léon Dubnov, Gershom Scholem, Leo Strauss pour ne citer que quelques noms illustres), bien qu’ils fussent formés aux questionnements philosophiques les plus exigeants de la culture européenne, ont cherché dans les textes de la Tradition comme dans l’histoire de leur peuple, de quoi nourrir une réflexion vivante et trouver des réponses aux questions de leur temps. Refusant les mirages de l’assimilation et les tièdes accommodations avec l’esprit du temps, ils furent des passeurs, des éclaireurs, des traducteurs chargés de redécouvrir et de transmettre dans les langues européennes quelque chose de la lumière juive qui s’était perdue. 
Après la Shoah, sur les traces de ces pionniers, se levèrent de nouveaux médiateurs. Jacob Gordin, André Néher, Emmanuel Lévinas, Léon Askénazi, Léon Poliakov pour se borner à quelques exemples français de l’après-guerre, prirent leur relais, et plus généralement tentèrent de sauvegarder la mémoire juive. Ils ont écrit des ouvrages qui rayonnaient bien au-delà des cercles communautaires ; ils se sont adressés à ceux qui ignoraient tout du Talmud, du Midrach, de Rachi… 
Sur le plan littéraire, la littérature yiddish puis israélienne, les récits de Kafka, d’Agnon, d’Élie Wiesel, d’André Schwartz-Bart, et même ceux d’un Saul Bellow, d’un Philip Roth ou d’un Georges Perec ou d’un Patrick Modiano… n’ont pas été des repères moins importants pour entretenir un foyer de questionnement juif. Si avant l’émancipation des Juifs les savoirs profanes, entendus au sens large, et notamment la littérature, ont pu être considérées comme « extérieurs » à la Torah, voire comme des obstacles à son acquisition, désormais c’est tout le contraire. Ces livres «juifs», profanes sans aucun doute et écrits dans les langues des nations, tissent des liens avec le Peuple juif, son exil, ses malheurs, son histoire. Ils ouvrent des chemins vers le monde de la Torah.

Un livre juif serait donc celui qui (À l’heure des nations) se nourrit d’un lien dénoué à la Bible juive (Torah), au peuple juif en exil (Galoute) et à sa terre (Israël). Même le projet nazi qui entendait régler définitivement la question juive (Shoah), bien qu’il se soit en partie accompli, n’est pas parvenu à briser définitivement ce lien. Celui-ci peut être objectif ou pas, explicite ou non, solide ou ténu, vécu ou imaginaire, affirmé ou souterrain, proche ou lointain, direct ou oblique… Ce lien est une question plus qu’une racine.

Recenser, enseigner et traduire

C’est l’objectif de ce site littéraire que de contribuer à rassembler, à collecter ces voix disparates et de s’en faire l’écho, sans prétendre à une impossible exhaustivité.
Dans l’esprit d’une libre circulation des idées et des représentations, d’un partage sans exclusive de références multiples, nous nous proposons de donner un aperçu de travaux académiques ou d’essais (histoire, archéologie, linguistique, sociologie, anthropologie, philosophie, exégèse, pensée juive …) mais aussi d’oeuvres littéraires (recueils de poèmes, romans, autobiographies…), de livres juifs au sens que nous donnons à ce terme.

Quatre formats 

Nous essaierons de parler d’ouvrages de qualité, publiés en France mais aussi, autant que possible, en Europe, aux États-Unis et en Israël (le repli géographique étant, de manière générale, nuisible à la perspicacité) ; d’ouvrages récents mais également anciens (l’actualité d’un livre n’étant pas liée à sa date de publication mais à sa pertinence et sa valeur durable).
Nous présenterons ces « livres juifs », ces titres singuliers,  au moyen
1/ de comptes rendus substantiels
2/ d’analyses de textes. 
3/ de cours rédigés, du support écrit d’enseignements dispensés oralement.
3/ de traductions, commentées et dûment contextualisées, extraits d’ouvrages (libres de droit) non traduits en français, écrits soit en hébreu, soit dans n’importe quelle langue européenne.***

Libre à chacun
par la suite d’étudier ce qu’il jugera nécessaire d’approfondir dans un cadre institutionnel ou non, de son choix (la Synagogue, le Séminaire Rabbinique, la Yechivah, les cercles d’études, séminaires privés ou liés à des institutions ou associations,  l’Université, la famille, les amis…).

4 commentaires

  1. C’est vraiment une découverte ! Kol hakavod ! Quelle entreprise audacieuse et visiblement féconde. Je regrette de ne pas être une agile utilisatrice d’internet et c’est le hasard qui me fait vous connaître… mais ‘e hasard…. Je suis partante pour être lectrice… Serait ce possible ?

    J'aime

    1. Bonsoir Françoise, vous souhaitez être lectrice ? car pour cela il n’y a aucune contrainte… L’accès au site est public, libre et gratuit ; ou bien… rédactrice? je vous ai écrit sur votre adresse personnelle, si c’est ce que vous vouliez dire…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.