L’aventure humaine du Réseau Marcel

L’aventure humaine

du Réseau Marcel

par Laurence WALBROU

Fred Coleman, Le réseau Marcel : Comment un homme et une femme sauvèrent 527 enfants de l’holocauste, Titre original : The Marcel Network, Traduit de l’anglais par R. Lenoir, Paris, Éditions Acropole, 2015.

Le Sud de la France n’étant pas occupé entièrement au moment de l’Armistice, nombre de Juifs avaient cru trouvé dans la zone sous contrôle italien en 1940, sinon un havre de paix, tout du moins une halte dans leur fuite éperdue face à la menace nazie. C’était une illusion qui s’est vite dissipée : les Allemands occupèrent l’ensemble des Alpes-Maritimes en octobre 1943.
Une  organisation clandestine, le Réseau Marcel, tenta de soustraire aux nazis qui les traquaient, les Juifs réfugiés à Nice. Elle reposait sur deux personnes : Moussa Abadi et Odette Rosenstock.
Fred Coleman a retracé le parcours de ce couple « qui sauva 527 enfants juifs de l’Holocauste ». Journaliste à Newsweek, il a écrit sous la forme d’un reportage romancé à destination d’un vaste public – sans apprêt et sans trop de sentimentalisme – , le récit de cette aventure. Cette enquête, approfondie et documentée, rapporte des faits bruts qui permettent d’imaginer la détresse d’hommes, de femmes et d’enfants pris dans la logique implacable de la guerre, mais aussi de se représenter leur courage et leur humanité.

***

Moussa et Odette

Moussa Abadi voit le jour en 1910 dans le ghetto de Damas. Dans Shimon le Parjure (1999), un recueil de nouvelles paru après sa mort, il a évoqué, avec tendresse et humour, cet univers des Juifs d’Orient auquel, toute sa vie durant, il demeura attaché et qu’il admirait pour sa dignité dans le plus extrême dénuement, sa grande ferveur religieuse, son humanité chaleureuse.
Quand, enfant, il perd sa mère, son grand-père accepte de le laisser poursuivre des études secondaires chez les Frères Lazaristes français. Pour l’adolescent, c’est l’éblouissement : une vive passion pour la France, sa langue et son histoire, le saisit pour ne plus le quitter ; ce brillant élève veut vivre dans ce pays de cocagne, devenir acteur, enseignant et poète…
Des rêves qui ne resteront pas lettre morte puisque, muni d’une bourse, il entre à la Sorbonne, où il soutient une thèse de lettres sur le théâtre médiéval. L’art dramatique est en effet sa passion prédominante : premier rôle d’une troupe d’amateurs, il jouera même à New York quelques mois en 1937.
À Paris, la vie du jeune homme est donc celle d’un étudiant désargenté (chambre minuscule, repas frugaux, rares sorties au spectacle) mais comblé par la vie française et sa culture.

Moussa Abadi

C’est lors d’une visite impromptue chez des amis, en 1939, qu’il rencontre une jeune étudiante en médecine, juive comme lui.
Odette Rosenstock vient d’un tout autre horizon : issue d’une famille aisée, elle a reçu une éducation parisienne et bourgeoise, où la pratique religieuse est très restreinte.

Odette Rosenstock

Comme Moussa, elle a des rêves plein la tête, des envies de voyages ainsi qu’une vive sensibilité à l’injustice, qui l’a conduite quelques années plus tôt à la frontière espagnole pour offrir ses soins aux Républicains fuyant le franquisme.
C’est ainsi qu’à la veille de la guerre, Odette et Moussa, affranchis des conventions ordinaires, s’engagent dans une liaison aussi libre que discrète, estimant les temps trop incertains pour penser au mariage. 

Le basculement

1940. Le souffle de la guerre a dispersé cette promesse de bonheur. La mère et la jeune sœur d’Odette sont déportées et ne reviendront jamais d’Auschwitz. Quant à elle, médecin à l’hôpital de Montargis, devenue persona non grata en raison des lois de Vichy, elle est désormais sans emploi.
Moussa, « juif étranger », courant de fait un plus grand danger encore, se résout à fuir vers Nice à bicyclette. Odette, traversant seule la ligne de démarcation, le rejoint après un an de séparation forcée. A Nice, elle trouve un emploi à l’OSE, tandis que Moussa vit de leçons de français. 
La guerre prend un tour nouveau en 1942, avec le débarquement allié en Afrique du Nord, suivi du déferlement des troupes de Mussolini sur l’ancien comté de Nice, revendiqué comme terre ancestrale italienne. Odette et Moussa assistent au défilé désordonné de soldats joviaux et fatigués, qui ne ressemblent en rien aux Allemands glaçants et austères, marchant au pas de l’oie.
« Nice et la zone d’occupation italienne dans son ensemble devinrent un îlot de relative sécurité pour les juifs, alors que le reste de la zone libre subissait une répression accrue sous la férule allemande. A la différence de Vichy, les Italiens s’opposèrent à la déportation des civils – même juifs – vers les camps de la mort. S’ils ne purent empêcher la police de Vichy d’arrêter les juifs, ils ralentirent au moins son action. Ainsi, l’occupant italien protégea-t-il les synagogues de la région niçoise des raids des hommes de Vichy. », p. 29.
 Pourtant, Moussa assiste, impuissant, à une scène pathétique qui le bouleverse et le décide à agir : un policier français piétine le visage d’une femme recroquevillée sur le sol, tandis qu’elle appelle à l’aide son petit garçon. « C’est une juive, qu’il est en train de corriger ! » explique-t-on à Moussa.
« C’est ce jour là que j’ai décidé que je ne resterais pas assis là, à regarder le spectacle sans rien faire (…) J’allais agir. Je ne savais pas comment, mais Odette et moi, nous allions offrir notre aide. », p.31.
 Mais comment? avec quels soutiens? avec quelles relations? avec quels moyens? avec quels fonds ? 

Nice, Eldorado des juifs…

A Nice, les réfugiés respirent. Les Italiens s’opposent aux exactions de la police française. Le Comte Ciano, gendre de Mussolini, s’est opposé publiquement aux dignitaires nazis qui auraient évoqué devant lui, pour la première fois « la solution finale ». Neuf départements du sud de la France sont sous contrôle italien. 

La France occupée


Animés d’un fol espoir, des milliers de familles se précipitent vers ce qu’elles croient être une oasis au cœur de l’Europe déchirée. Mais le maître de l’Italie est déjà à bout de souffle. Que se passera-t-il lorsque l’armée italienne devra se retirer pour  laisser la place libre aux Allemands? Les nouvelles de Paris sont terribles : depuis mai 1942, le port de l’étoile jaune est obligatoire. En juillet, 13000 juifs dont 7740 enfants ont été parqués au Vel d’Hiv dans des conditions indignes, avant de disparaître. A ce crime, 4500 policiers français ont prêté main forte, face à quelques « Justes » anonymes, qui ont tenté de prévenir les familles désignées. Le temps des réfugiés niçois est compté.
Or, il semble que personne n’accepte de voir lucidement ce qui se trame, tant c’est inimaginable.

Par la foi et par les oeuvres 

La rencontre d’un aumônier italien, Le Père Penitenti, sera décisive pour hâter cette prise de conscience ; ce prêtre revient du front russe et il raconte les scènes auxquelles il a assisté. Il a saisi le dessein des nazis. Il informe, alerte, prévient et parvient à vaincre l’incrédulité de ceux à qui il décrit le processus d’extermination en cours.
Par son témoignage, Moussa et Odette parviennent à croire à l’impensable et se décident à entrer dans la clandestinité.
Même si, à de rares exceptions près, la hiérarchie catholique maintenait des bonnes relations avec le régime de Vichy, Moussa, qui gardait un excellent souvenir de son éducation chez les Lazaristes de Damas, se décide à solliciter l’évêque de Nice. Il l’avait rencontré à l’issue d’une de ses conférences sur le théâtre médiéval et gardait de leur rencontre chaleureuse une excellente impression.
Monseigneur Paul Rémond est un homme d’action, vif et courageux. Aumônier des tranchées de la Première Guerre, il avait exigé de combattre en première ligne où il s’était illustré par sa bravoure. En 1933, il avait été l’un des premiers prélats de l’Église de France à s’insurger, dans un sermon virulent, contre les persécutions des juifs allemands. 

Monseigneur RÉMOND

Il importait donc de faire appel à lui ; et de toute urgence, car il fallait des cachettes sûres pour des centaines d’enfants, dans les couvents, les orphelinats, les écoles du diocèse, un bureau pour fabriquer des faux papiers et les dissimuler. Et deux identités de couverture, l’une pour Moussa, l’autre pour Odette… Après deux jours de réflexion et de consultation avec ses collaborateurs :  « Considérez l’évêché comme votre maison, Monsieur Abadi. Puisqu’il s’agit de sauver des enfants, mon devoir de chrétien est de vous tendre la main. », p.44. 
De cette entrevue, Moussa dira bien plus tard : « En sortant de chez lui, j’avais le sentiment – c’était peut-être de l’orgueil – d’avoir donné quelque chose à Monseigneur Rémond, l’occasion de vivre l’Évangile. », p. 49.
A compter de ce jour, Moussa devient Monsieur Marcel, inspecteur des écoles de l’enseignement libre. Odette sera Sylvie Delattre, assistante sociale de l’évêché en charge des enfants réfugiés.
Septembre 1943 : le réseau Marcel est né.
A deux pas de la synagogue, se dresse le temple du Pasteur Gagnier, qui n’hésite jamais à plaider la cause de certains prisonniers dans les bureaux de la Gestapo, et fournit logis et nourriture aux réfugiés, en étroite collaboration avec son voisin le rabbin. Au temple baptiste, le Pasteur Évrard a convaincu les membres de son église de porter secours aux réfugiés. 


Ceux qui sortiraient du piège niçois n’oublieraient jamais la fête de Pourim 1943 : tandis que les deux fils du pasteur faisaient le guet, son épouse avait préparé gâteaux, friandises et déguisements, ouvrant le lieu de prière à un temps d’insouciance. 
Alors que la chasse aux Juifs commence sur Nice, Monseigneur Rémond, les pasteurs Évrard et Gagnaire, Odette et Moussa sont prêts à agir, d’autant qu’ils sont assurés de recevoir l’aide financière indispensable du Joint Comitee de Maurice Brener et le soutien de  Georges Garrel, dirigeant l’action clandestine de l’OSE en zone occupée.
Le 10 septembre 1943, les Allemands sont dans la place, sous la férule d’Aloïs Brunner, qui avait déjà envoyé dans les camps, 24000 juifs de la zone occupée. 

Devenir un autre

Nice n’est que chaos, débandade pathétique : les Allemands et la Milice défoncent les portes des hôtels et pensions de famille ; des « physionomistes » et des mouchards traquent les « faciès ».
Séparés des adultes puis rassemblés dans une cave, les enfants sont munis de faux papiers, d’un certificat de baptême et de cartes d’alimentation, puis rejoignent, dissimulés sous une bâche, une famille d’accueil protestante ou une institution catholique, dans l’attente d’être exfiltrés vers la Suisse ou l’Espagne.
Avec une brutalité aussi radicale que nécessaire, ils doivent apprendre à oublier leur nom, leurs parents, pour endosser une identité nouvelle : c’est la « dépersonnalisation ». Un travail qui ravage Moussa d’une  terrible culpabilité qui le poursuivra bien après la guerre : « Pour lui, changer l’identité de l’enfant était très éprouvant psychologiquement. Il avait l’impression de voler quelque chose à l’enfant quand il lui retirait son vrai nom. Il ressentait très profondément qu’il le blessait. Et il en était très affecté. », p.102.

Odette déportée

Fin avril 1944, alors que Moussa rejoint Paris pour recueillir des fonds chez Maurice Brener, trois miliciens bien renseignés forcent la porte de l’appartement. Les centaines de fiches du réseau sont là, dissimulées mais à portée de main. Ils ne les auront pas.

Les vieux livres dans lesquels Moussa Abadi et Mgr Rémond dissimulaient les fiches du réseau…

Odette a été dénoncée ; elle est interrogée avec brutalité puis déportée à Auschwitz-Birkenau. Elle n’a pas parlé.
Moussa continue seul sa tâche ; il se cache dans les écoles et les couvents, protégé par Monseigneur Rémond.
Le Réseau Marcel n’est pas tombé.
Dans Terre de détresse (1995), son poignant témoignage sur ses années de déportation, Odette écrit : « Nous avions entendu à la radio anglaise le récit des horreurs de deux ou trois rescapés des camps de la mort. Ils parlaient de trains entiers gazés à l’arrivée. La raison s’oppose à admettre tant d’horreurs. Mais il devait tout de même y avoir un fond de vérité dans tout cela. », p.194.
Une réalité que la jeune femme va découvrir, s’efforçant d’offrir le meilleur d’elle-même en sauvant le plus possible de femmes au cours de sélections que son état de médecin l’oblige à superviser. Elle restera de son plein gré à Bergen-Belsen jusqu’en avril 1945 pour assister les médecins britanniques dans le soin à donner aux survivants.
C’est une femme diminuée physiquement que retrouve enfin Moussa à la gare de Nice, ville libérée fin août 1944.

Joies et peines

Dans un immeuble qui avait abrité le commissariat aux Questions Juives, Moussa installe désormais en toute légalité son bureau et son fichier aux 527 noms, dont un exemplaire est resté caché à l’évêché. Nice est libérée mais Moussa ne sait rien encore du sort d’Odette au moment où il est temps de rendre les enfants à leurs parents ou à ce qui leur reste de famille.
Des scènes bouleversantes se déroulent alors : « Je me souviens d’une mère, raconte Moussa. Il y avait trente personnes dans la salle d’attente quand j’ai amené ce petit garçon de cinq ans que j’ai poussé vers sa mère. Elle tomba à genoux, puis le pressa sur son cœur devant tout le monde. Puis elle s’écria : mon mari a été déporté, mes deux filles ont été déportées, mon autre fils a été déporté. Tout ce qui me restait était mon petit dernier et j’ai pensé que je ne le retrouverais jamais. Elle tourna les yeux vers le ciel et s’écria : merci mon Dieu, merci mon Dieu… », p. 245.
Cependant, la joie de telles retrouvailles n’efface pas la violente souffrance d’enfants qui comprennent qu’ils ne reverront jamais leurs parents, tandis que certains adolescents crient vengeance. D’autres ont si bien intégré leur identité d’emprunt qu’ils ont oublié jusqu’à leur vrai nom. Et quelle amère déception pour Moussa, lorsqu’il constate l’ingratitude de ceux qui ne se déplacent même pas pour un « merci », ou lui reprochent d’avoir confié leur enfant à des chrétiens. Des familles d’accueil réclament même de l’argent en échange de leurs bons soins !
Dans son journal, les signes d’un profond désespoir apparaissent : « 5 août 1945 : Fatigue, lassitude et doute. Je m’interroge : pour qui, pourquoi ? (…) Je compulse le dossier de nos enfants : père décédé, père malade, père et mère déportés, père et mère décédés, mère déportée, père fusillé. Enfants malades, enfants torturés par l’incertitude et le doute. Pour qui ? Pourquoi ? », p. 265.

Le temps du silence

«Celui qui fut Monsieur Marcel essayait dorénavant de raccrocher son wagon à celui des vivants » (p. 294), écrit Moussa Abadi.
La vie reprit son cours, non sans pesanteur.
Odette restaurait peu à peu son corps et son esprit blessés : « Tout ce qu’elle désirait, c’était l’oubli. », p. 251. Curieuse de nouveauté dans le domaine médical, elle se passionna pour le yoga et la médecine chinoise…
Moussa, Professeur de littérature et de langues à l’Université de Nice, retrouva goût à la vie, en entamant une longue carrière de critique théâtral sur les ondes, animant durant vingt ans avec une verve truculente une émission fort appréciée des auditeurs : « Images et visages du théâtre d’aujourd’hui » diffusée par Radio France Internationale de 1959 à 1980.
Durant toute cette période, les Abadi ne parlèrent jamais publiquement du Réseau Marcel, ni ne tentèrent de recontacter, par délicatesse et pudeur, « leurs » enfants, ces 527 qui devaient pourtant la vie à leur courage… « Nous ne voulions pas leur rappeler les moments tragiques de leurs vies.. », p.274. 
Le couple tentait avant tout de se préserver de souvenirs douloureux qui ne cessaient de le hanter.
Mais cinquante ans après la fin de la guerre, conscients de la marche du temps qui décimait les survivants et de la montée d’un négationnisme odieux, ils se décidèrent à livrer leur témoignage (plusieurs livres et des bandes magnétiques). Le 21 novembre 1989, après toutes ces années de vie commune, le couple (ils étaient alors âgés de 75 et 79 ans) choisit de s’unir religieusement. Le passé faisait son retour.


Quelques-uns de ceux qui devinrent « les Enfants Abadi », bientôt regroupés en association, se manifestèrent alors, et restèrent proches d’eux jusqu’au bout.
Odette s’éteignit le le 29 juillet 1999 ; elle n’avait pas survécu plus de deux années au compagnon de sa vie.

***

Le Réseau Marcel de Fred Coleman, dans un style simple, sans prétention, dramatisé et romancé, d’une lecture très aisée même si c’est au détriment de la nuance et de l’analyse, fait revivre des péripéties, les tragédies et les joies qui se succèdent et même coexistent dans ces périodes de temps sombre. Il donne à entendre le témoignage d’enfants cachés, fait revivre des acteurs anonymes ou plus célèbres de la Résistance et finalement rend hommage aux Abadi, la cheville ouvrière de cette organisation.
Cet épisode héroïque de la Résistance juive en Europe, resté longtemps inconnu du grand public, est une histoire de solidarité et d’amitié, une aventure humaine ; elle fut le résultat de l’étroite collaboration de ce couple en danger de mort, avec des Chrétiens, catholiques et protestants, animés par un même idéal éthique : sauver au moins les enfants, dans l’espoir de réunir un jour les familles. Un idéal d’humanité en somme.


Bibliographie

Nous renvoyons prioritairement, pour en savoir davantage, à l’Association « Les enfants et amis des Abadi » qui a a pour but de garder le souvenir des Abadi et de perpétuer la mémoire de la Shoah. Son impeccable site, très riche et très fourni, propose, avec beaucoup de pédagogie et de rigueur, les portraits des acteurs principaux ayant oeuvré dans le réseau Marcel ; des témoignages ; des photographies…

Odette Abadi, Terre de détresse : Birkenau, Bergen-Belsen, Paris, L’Harmattan, 1995, Collection « Mémoires du XXème siècle ».
Moussa Abadi, Shimon-le-Parjure : Mes juifs de Damas, Martel, Éditions du Laquet, 1999.
Claude Lévy, La résistance juive en France : De l’enjeu de mémoire à l’histoire critique, dans la revue Vingtième Siècle, n°22, avril-juin 1989, pp. 117-128.
Andrée Poch-Karsenti, Les 527 enfants d’Odette et Moussa : Histoire du réseau  Marcel, Paris, le Publieur, 2006
Ralf Schor, Un évêque dans le siècle : Monseigneur Paul Rémond (1873-1963), Nice, Editions Serre, 1984.
Laurence Walbrou,  Quelques Justes parmi les Hommes, Préface par le Rabbin P. Haddad, Paris, Salvator, 2020.


3 commentaires

  1. Merci de l’intérêt que vous portez à nos encouragements! C’est un grand encouragement à toute l’équipe des rédacteurs bénévoles de ce site dédié aux « livres juifs »
    Merci de le faire connaître en invitant vos contacts dans le groupe FB et en partageant nos publications!

    J'aime

  2. Merci Patrick Sultan de nous faire découvrir cet épisode de sauvetage de Juifs de Nice.
    J’avais découvert dans le documentaire d’André Waksman  » A pause in the Holocaust  » ou « le temps d’un répit  » une histoire rocambolesque des juifs de St Martin Vésubie ( tristement célèbre aujourd’hui ) sauvés et conduits à la frontière italienne en 1943.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.